All for Joomla All for Webmasters

PLAIDOYER POUR L’ERECTION DES MGF AU RANG DES PRIORITES DE L’AGENDA 2063 DE L’UA

Le Comité Africain des Experts des Droits et du Bien-être de l’Enfant (CAEDBE) plaide pour que la problématique des MGF et du mariage d’enfants figure dans les priorités de l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

 

Le « Nouveau rapport statistique sur les mutilations génitales féminines » de l’Unicef, publié en 2016, souligne que plus de 200 millions de femmes et de filles continuent de subir les effets des MGF dans le monde et en Afrique. Selon les estimations actuelles, 50 millions de jeunes filles risquent d’en être victimes d’ici à 2030. Même si la tendance de la prévalence des MGF est en baisse dans plusieurs pays, il n’en demeure pas moins qu’il existe encore des poches de grande résistance dans certains pays africains.

 

Chaque année, plus de 12 millions de filles sont mariées de force avant l’âge de 18 ans. Ces filles voient alors leur droit à l’enfance et à l’éducation volé, et leurs perspectives d’avenir et d’évolution limitées. Dans le rapport 2016 de Plan-international intitulé « Causes et conséquences du mariage précoce et forcé », il est indiqué que les mariages forcés et précoces maintiennent les jeunes filles dans des conditions de pauvreté et d’impuissance, de génération en génération.

 

Le rapport 2016 de l’UNICEF sur « La situation des enfants dans le monde » indique qu’en Afrique, 39% des filles sont mariées avant leur 18e anniversaire et 13% avant leur 15ème anniversaire. Les statistiques peuvent être alarmantes, mais certains pays au sud du Sahara parviennent à endiguer le phénomène, en milieu rural ou en milieu urbain, ou dans les deux à la fois. Au moins 12 pays ont réduit l’incidence du mariage d’enfants de 10 % ou plus.

 

 

Ainsi, le Comité Africain des Experts des Droits et du Bien-être de l’Enfant (CAEDBE) entend porter un véritable plaidoyer sur le phénomène des mutilations génitales féminines (MGF) et du mariage d’enfants (ME) lors du premier Sommet africain consacré à la problématique prévue à Dakar, les 16, 17 et 18 juin 2019.

@BIG

Leave a comment