All for Joomla All for Webmasters

PHASE 2 DU PUDC : le Fonds Saoudien de Développement (FSD) octroie un prêt de 24 milliards de FCFA au Sénégal

Le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Monsieur Amadou HOOT, a procédé, mercredi 02 Octobre 2019, avec le représentant du Fonds Saoudien de Développement, Monsieur Mohammed Abdul Karim AL-JENAIDEL, à la signature de l’accord de prêt de 24 milliards de FCFA en faveur de la deuxième phase du Programme d’Urgence Communautaire (PUDC).

Un programme transversal et intégrateur, véritable trait d’union entre le Plan Sénégal émergent et l’Acte 3 de la décentralisation qui permettra :

-la réalisation de 210 km de pistes rurales ;

-l’électrification de cinquante (50) villages ;

-la mise en place de vingt (20) projets de plateforme de services de transformation agricole ;

-la mise en place de quinze (15) périmètres agricoles portant sur des chaines à haute valeur ajoutée dans le domaine agricole ;

-la réalisation de vingt (20) forages ;

-la promotion de l’économie verte ;

-la construction et l’équipement de vingt (20) postes de santé et de réseaux d’adduction d’eau.

Monsieur Mohammed Abdul Karim AL-JENAIDEL a signifié son vœu de prendre part à l’achèvement des infrastructures financées.

Monsieur FAYE, ministre du Développement Communautaire, de l’Equité Sociale et Territoriale a rappelé l’objectif du PUDC qui est de lutter contre les inégalités territoriales et sociales par des actions de résorption du gap infrastructurel entre le monde rural et le milieu urbain.

Les 24 milliards du Fonds saoudien viennent s’ajouter aux 80 milliards de FCFA de la Banque islamique de développement (BID) et de la Banque africaine de développement (BAD).

Ce n’est pas tout puisque le ministre du Développement Communautaire, de l’Equité Sociale et Territoriale Mansour FAYE a annoncé des négociations en cours avec les autres partenaires en vue de permettre l’accès universel à l’eau, l’électricité et aux soins sanitaires ainsi que le désenclavement de villages et l’impulsion d’un entreprenariat rural endogène et porteur de prospérité partagée.

Leave a comment