All for Joomla All for Webmasters

Dakar abrite la réunion consultative sur l’évaluation de la mise en œuvre de l’Agenda Femmes, Paix et Sécurité

Sous la Houlette de l’Union africaine et en partenariat avec le ministère de la Femme, de la Famille, du Genre et de la protection des Enfants, Dakar abrite du 17 au 19 décembre 2019 à Dakar, une réunion consultative portant sur l’évaluation de la mise en œuvre de l’Agenda Femmes, Paix et Sécurité, communément appelé la résolution 1325 adoptée à l’unanimité le 31 octobre 2000 par le Conseil de sécurité des Nations unies dans sa 4213ᵉ séance, qui concerne le droit des femmes, la paix et la sécurité.

La rencontre de Dakar est fortement rehaussée par la présence de fortes personnalités de la cause féminine en Afrique. Concernant le conflit casamançais, Madame Ndèye Saly Diop DIENG, ministre de la Femme, de la Famille, du Genre et de la protection des Enfants, se veut rassurante. Elle a rappelé que dans le deuxième plan d’action prioritaire en cours d’élaboration, des paramètres fondamentaux comme les menaces sécuritaires, exacerbées par le terrorisme international dans notre voisinage immédiat et lointain, seront pris en compte.

Surfant sur la même vague que le Ministre de la Femme, Madame Ndèye Marie DIEDHIOU, présidente de la plateforme des femmes pour la paix en Casamance, a tout de même relevé quelques troubles fête à ce vent d’accalmie qui souffle en Casamance. Elle a cité les cas d’assassinat, de coupeurs de voie, l’attaque du campement de pêcheurs du village de Niambalang, l’accident de mine signalé la semaine dernière… Elle a également affirmé que  le rôle central des femmes dans la résolution et la médiation des conflits dans notre continent, sont souvent entravés par le patriarcat, les inégalités de genre, les structures de pouvoir discriminatoire en Afrique.

L’émergence est une femme, c’est en ces mots forts que la Directrice régionale de ONU Femmes a captivé l’attention des participants. Selon Oulimata SARR, sans femme il n’y a point de développement. Elle a promis la pérennisation du soutient inlassable de son institution pour une paix durable en Afrique.

Dressant un bilan non exhaustif des actions de la résolution 13 25, madame Binta DIOP, envoyée spéciale de l’Union Africaine, a réitéré son engagement en faveur de l’implication des femmes dans les processus de paix en Afrique. Il faut rappeler que madame l’envoyée spéciale est une figure emblématique de cette résolution 13 25.

À noter que le thème retenu par l’Union africaine pour célébrer ce 20ième anniversaire de la résolution 13 25 est « Faire taire les armes ». Cela dénote que l’objectif majeur de la résolution est tout simplement l’expansion de la paix à travers tout le contient. Seulement, cette recherche de paix ne s’aurait être effective sans l’implication des femmes.

Par ailleurs, dans un climat de recrudescence du viol au Sénégal, ce thème a beaucoup retenti dans les discours. Ainsi, le parallèle a été fait entre la résolution de ce problème et la valorisation de la femme, base de son implication dans les conflits en Afrique. De ce fait, le projet de loi, visant à criminaliser le viol a bien été fortement approuvé.

@BIG

Leave a comment