All for Joomla All for Webmasters

20 jeunes en formation pour la gestion des infrastructures sportives et d’importantes réformes en gestation

Vingt jeunes Sénégalais, responsables de structures sportifs suivent actuellement une formation en Chine pour l’entretien des infrastructures sportives de notre pays. En effet, la problématique de l’entretien est devenue un véritable défi au regard des nombreux investissements de l’Etat pour des infrastructures de qualité, aux meilleures normes internationales.

Le Président Macky SALL avait demandé lors du conseil des Ministres du 17 Février 2021, au Ministre de Sport, Matar BA de lui « proposer un modèle de gestion des infrastructures sportives réalisées par l’Etat avec un cahier des charges pour l’exploitant, garantissant la maintenance durable et la rentabilité des édifices ». Le Chef de l’Etat avait aussi demandé au Ministre des Sports à travailler « en relation avec les Ministres en charge des Finances et des Partenariats publics-privés (Ppp) »

Avant l’accession du Président Macky Sall à la Magistrature Suprême, le système sportif national, grâce au volontarisme étatique, a connu des avancées dans beaucoup de domaines ; mais il restait confronté à de nombreuses contraintes qui plombaient son développement.

L’année 2012 a été une année charnière dans l’historique politique et administrative du Sénégal avec l’avènement d’un nouveau régime porteur de plusieurs réformes. Au titre du secteur des sports, plusieurs chantiers ont été ouverts cette année, date de l’arrivée à la magistrature suprême du Président Macky SALL.

Dès 2013, deux processus majeurs sont lancés : l’élaboration d’une nouvelle politique sportive et la réforme du cadre juridique du Sport. Mais, parallèlement se poursuit la mise en œuvre des programmes d’avant 2012, notamment l’achèvement du programme d’infrastructures sportives avec la République Populaire de Chine.

Ainsi, la période 2012-2016 a été marquée, de manière générale, par des actions d’envergure en matière d’infrastructures sportives. La prise en charge des infrastructures sportives a connu de grands bonds, sur la période, en termes de choix des investissements et en termes de volume financier mobilisé. L’Etat a entrepris un vaste programme travaux de construction et de réfections d’infrastructures sportives :

  • L’arène Ndiaye Ndiaye de Fatick ;
  • Les plateaux-multifonctionnels à Thionckessy, Taïba Ndiaye, Noto Diobasso, Mbirkilane ;
  • Le mur de clôture et la grille de protection dans diverses localités de Fatick et de Matam ;
  • Les grilles de protections des stades de Vélingara et de Ngoudiane.

 Des travaux de réhabilitation ont porté sur :

  • L’achèvement des travaux de quatre (04) stades dans le cadre de coopération chinoise : Louga, Tambacounda, Fatick, Kolda ;

La réhabilitation de quatre (04) autres stades dans le cadre du BCI 2014 (stade Caroline Faye de Mbour, Léopold Sédar Senghor, Amadou Barry…).

Rappelons que le budget du Ministère a connu une hausse de 6 milliards FCFA en 2021 passant ainsi de 25 milliards en 2020 à 31 milliards de FCFA cette année. Lors de son passage devant les députés pour le vote du budget de son département, le Ministre des Sport Matar Ba a indiqué que « son département va allouer la majeure partie de son budget aux programmes de développement de la pratique et des infrastructures sportives ». Le Ministère des Sports cherche à « doter le Sénégal d’infrastructures sportives modernes et harmonieusement réparties, capables d’accueillir des événements sportifs internationaux, les jeux olympiques de la jeunesse prévus en 2026, par exemple » a soutenu Matar BA.

Le Ministre des Sports a aussi assuré que l’Etat continuera à soutenir la construction et la réhabilitation d’infrastructures sportives de moindre envergure, dont l’initiative revient aux collectivités territoriales.

@BIG