All for Joomla All for Webmasters

LES EMBLÈMES DE L’ÉMERGENCE-PÊCHE, AGRICULTURE ET ÉLEVAGE : DES ACCÉLÉRATEURS DE CROISSANCE

Les secteurs de l’élevage, de l’agriculture et de la pêche représentent des secteurs clés sur lesquels le plan Sénégal émergent s’est appuyé pour booster l’économie du Sénégal.  

Le secteur de l’agriculture connait des avancées énormes dus aux efforts de l’Etat. La modernisation du secteur a été au cœur des préoccupations du Président Macky SALL. Ce secteur concentre pas moins de 48% de la population sénégalaise.

Pour le Président Macky SALL, le Sénégal est entrain de relever le défi de la maîtrise de l’eau. « D’énormes ressources dans la mécanisation sont mises en pratique par l’État. Dans le cadre agricole, il faut des intrants, de l’engrais etc… La mécanisation du secteur avec notamment la subvention des producteurs est aussi une réalité pour le Sénégal. L’autosuffisance est presque atteinte, mais il faut juste l’implication du secteur privé surtout dans la production », a souligné le Chef de l’État.

Le niveau d’investissement pour la maîtrise de l’eau a fortement impacté la production agricole.  Pour le riz, l’autosuffisance est à présent à portée. Pour la campagne agricole 2019- 2020,1 155 730 tonnes de riz ont été produites. Il faut noter qu’entre 2014 et 2019, l’Etat du Sénégal a investi sur ressources propres 75 milliards de francs CFA dans la riziculture sans compter l’apport des partenaires techniques et financiers.

L’arachide aussi a rapporté beaucoup aux producteurs. Principale activité agricole au Sénégal, l’arachide occupe plus de 1.212.000 ha des surfaces emblavées.

En matière d’élevage, la stratégie d’intervention repose sur la productivité des vaches locales.  Le lait est l’une des denrées les plus utilisées au Sénégal. En 2018, la demande nationale en lait était de plus de 457,5 millions de litres pour une consommation par habitant de 32 litres/an. Une demande qui est loin d’être couverte par l’État du Sénégal. D’où le recours à l’importation de produits laitiers pour combler le déficit. Pour atteindre l’objectif et combler ses besoins en lait, le Sénégal a favorisé la consommation des vaches locales. Il a fallu, ainsi, insister sur certaines races qui peuvent donner de grande quantité de lait.

Rappelons que l’Etat du Sénégal, dans sa logique de moderniser le secteur a fait un partenariat avec l’Association Nationale pour l’Intensification de la Production Laitière qui a permis d’importer 1200 bovins et 200 caprins pour booster la production laitière dans le pays.

La pêche, qui contribue à hauteur de 3,2% du PIB, est aussi un secteur clé dans le programme du Plan Sénégal Emergent. Ainsi, étant un pays gros consommateur des produits halieutiques, le PSE a misé sur la transformation de produits halieutiques mais surtout la modernisation du secteur qui offre un fort potentiel en terme notamment d’emplois.

@BIG