All for Joomla All for Webmasters

ENJEUX DE LA TOURNEE AFRICAINE DU SECRETAIRE D’ETAT AMERICAIN EN AFRIQUE

Washington propose à l’Afrique une coopération ‘’durable, transparente et conduite par des valeurs’’, selon Blinken

Le Secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, a affirmé jeudi à Abuja, dans un discours au siège de la CEDEAO, que son pays n’avait pas l’intention de limiter les partenariats des pays africains avec d’autres pays mais que Washington veut plutôt leur « donner des choix, dans une approche durable, transparente et conduite par des valeurs ».

« Nous voulons renforcer davantage nos partenariats. Nous ne voulons pas que vous fassiez un choix. Nous voulons vous donner des choix ».

Il a également annoncé l’organisation par la présidence Biden d’un sommet Etats-Unis-Afrique au moment où la Chine va tenir, à la fin de ce mois de novembre à Dakar, un sommet avec l’Afrique.

Faisant certainement allusion à la Chine, M. Blinken a fait remarquer que « les accords sur des infrastructures avec d’autres nations qui peuvent être « opaques, coercitifs et empêtrer les pays dans une dette inimaginable, détruisent l’environnement et ne bénéficient pas toujours aux habitants ».

L’administration Biden considère la Chine comme l’un des principaux défis auquel doivent faire face les Etats-Unis au 21ème siècle, compte tenu de sa croissance rapide et de sa présence grandissante sur le plan international.

« Notre approche sera durable, transparente, et conduite par des valeurs », a dit le diplomate américain, ajoutant : « Nous ferons les choses différemment ».

« Trop de fois, les pays africains ont été traités comme des partenaires juniors – ou pire – plutôt que comme des partenaires égaux », a-t-il dit.

« Et nous sommes sensibles au fait que des siècles de colonialisme, d’esclavage et d’exploitation ont laissé des héritages douloureux qui perdurent », a-t-il encore déclaré disant croire fermement « qu’il est temps de cesser de traiter l’Afrique comme un sujet de géopolitique – et de commencer à la traiter comme l’acteur géopolitique majeur qu’elle est devenue ».

Le nouvel engagement américain va aussi se traduire par le renforcement de la coopération dans la lutte contre le changement climatique et la Covid-19.

Les Etats-Unis, où des partisans du président Donald Trump ont mené le 6 janvier dernier une expédition punitive contre le Capitole, sont-ils un Parangon de la démocratie ? Non ! semble répondre M. Blinken en faisant remarquer que « le recul de la démocratie n’est pas seulement un problème africain – c’est un problème mondial. Mon propre pays lutte contre les menaces qui pèsent sur notre démocratie. Et les solutions à ces menaces viendront autant de l’Afrique que de n’importe où ailleurs ».

« Nous devons montrer comment les démocraties peuvent répondre aux attentes des citoyens, rapidement et efficacement », a-t-il encore dit.

@BIG