All for Joomla All for Webmasters

FORUM 2021 DE DAKAR POUR LA PAIX : LE PR MACKY SALL PROPOSE 6 REFORMES POUR UNE NOUVELLE GOUVERNANCE ECONOMIQUE MONDIALE

« Il faut d’abord rappeler l’ordre des grandeurs. L’Afrique, c’est 30 millions de km2 et plus d’un milliard d’habitants.

Selon la BAD, rien que pour les infrastructures, les besoins du continent se situent entre 130 et 170 milliards de dollars par an.

C’est dire que si l’aide peut contribuer à régler une urgence sectorielle, elle ne peut satisfaire les énormes besoins en routes, autoroutes, ponts, ports, aéroports, barrages, centrales électriques et autres infrastructures indispensables à l’émergence de l’Afrique.

En plus de nos efforts internes de mobilisation des ressources, il faut repenser la gouvernance économique mondiale pour favoriser les conditions du financement de l’émergence en Afrique.

A mon sens, les réformes doivent porter sur six domaines au moins :

  • Un, assouplir les règles de l’OCDE pour les prêts crédits-export, et allonger les maturités pour le financement des projets d’infrastructures du développement.
  • Deux, corriger les règles d’évaluation du risque d’investissement en Afrique, puisque la perception de ce risque reste toujours plus élevée que le risque réel, ce qui renchérit les primes d’assurance et réduit la compétitivité de nos économies ;
  • Trois, promouvoir davantage les financements mixtes, combinant fonds concessionnels et financements commerciaux ;
  • Quatre, alléger et simplifier les procédures d’instruction des dossiers de financement des projets, dans le respect des règles de transparence. Il n’y a pas d’incompatibilité entre la diligence et la transparence.
  • Cinq, assurer une transition énergétique juste et équitable, selon le Principe de la responsabilité commune mais différenciée ;
  • Six, améliorer les règles du système fiscal international, pour que l’impôt soit payé là où la richesse est créée, c’est-à-dire dans le pays où une société mène ses activités et tire ses profits.

A ce sujet, l’adoption par le G20 de la proposition américaine pour l’instauration d’un impôt minimum de 15%, afin de dissuader le recours aux paradis fiscaux, va certainement dans le bon sens ; tout comme l’émission historique de 650 milliards de dollars en Droits de Tirages Spéciaux.

Ainsi, l’Afrique a pu disposer de son quota de 33 milliards de dollars pour renforcer sa résilience sanitaire, atténuer en partie l’impact de la crise et amorcer la relance économique.

C’était le premier objectif du Sommet de Paris de mai dernier sur le financement des économies africaines.

Travaillons sur le deuxième objectif, pour la réallocation aux pays africains, selon des modalités à convenir, de 67 milliards de dollars, mobilisables sur les DTS des pays riches qui y consentent, pour atteindre le seuil des 100 milliards convenus.

C’est ce qui nous rapprochera des 252 milliards de dollars dont l’Afrique a besoin d’ici à 2025 pour contenir le choc de la COVID et amorcer sa relance économique.

D’autre part, l’accès de tous au vaccin et sa production en Afrique restent pour nous une priorité majeure. Je salue les efforts déployés au plan bilatéral et dans le cadre de l’initiative COVAX. Mais beaucoup reste encore à faire pour atteindre nos objectifs de vaccination.

Le Président Cyril Ramaphosa, qui coordonne avec engagement la riposte anti COVID à l’échelle continentale nous en dira certainement plus.

Thank you Cyril. We are certainly eager to hear your update on the critical issue of vaccine. But let me reiterate here my full support against any form of discrimination or isolation in relation with the new variant. This is not acceptable ; and we won’t accept it. 

Comme l’a clairement indiqué l’OMS, isoler un pays qui a séquencé un nouveau variant et a fait preuve de transparence, est non seulement discriminatoire, mais aussi contre-productif ; parce que c’est inciter les autres à ne pas publier les résultats de leurs investigations.

Cette pandémie qui frappe tous nos pays doit nous rassembler sur le front solidaire de la riposte, au lieu d’ajouter un nouveau clivage aux relations Nord-Sud.

Rassembler, réfléchir et proposer des solutions, c’est cela l’esprit du Forum de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique, dont je déclare maintenant ouverte la 7e édition. Je vous remercie. »

@BIG