All for Joomla All for Webmasters

CAP VERS L’ÉMERGENCE

LES CHIFFRES DE LA PERFORMANCE

Depuis 2012, l’économie sénégalaise va de mieux en mieux. La dynamique d’émergence portée par une forte inclusion sociale a permis au Sénégal de renouer avec la croissance qui a été porté ces dernières années à plus de 6 %. C’est cette prospérité retrouvée dans le respect de nos fondamentaux macroéconomiques qui nous autorise cette inclinaison sociale du Plan Sénégal Émergent. Mais aussi et surtout de poursuivre les réformes pour un environnement des affaires plus compétitif, et de consolider les investissements publics structurants, notamment, dans l’agriculture, les infrastructures et l’énergie.

  • Le taux de croissance du PIB a atteint 6,7% en 2016 contre 6,5% en 2015. Il est estimé à 6,8 % en 2017 et projeté à 7,0% en 2018, une première dans l’histoire économique du Sénégal, qui n’a jamais affiché un taux de 6% sur quatre années consécutives. A titre de comparaison, en Afrique, la croissance est ressortie à 1,3% en 2016 à 2,7% en 2017, et projetée à 3,5% en 2018.

Ces performances ont permis à notre pays :

  • de figurer aujourd’hui parmi les cinq pays ayant les croissances économiques les plus fortes sur le continent.
  • De contenir l’inflation sous la barre des 2%,
  • De réduire significativement et continuellement le déficit budgétaire à 3,7% du PIB en 2017 contre 6,7% en 2011, grâce à des efforts soutenus de rationalisation des dépenses et de mobilisation des ressources internes.

Endettement : le seuil de prudence

L’endettement reste maîtrisé, grâce à une politique prudente privilégiant les emprunts concessionnels et les prêts sur le marché financier ayant de plus longues maturités. Le service de la dette publique extérieure s’est établi en 2017, respectivement à 10,9% des recettes budgétaires et 9,1% des exportations de biens et services, contre des plafonds de 22% et 25% retenus dans le cadre de l’analyse de viabilité de la dette publique.