All for Joomla All for Webmasters

EQUITE TERRITORIALE

 Le défi infrastucturel

Après le défi de l’énergie, le Gouvernement est en train de relever celui de la mise en place des infrastructures de connectivité, qui sont déterminantes pour l’atteinte de notre objectif de croissance forte et inclusive. Notre ambition, dans ce domaine, est motivée par, au moins, quatre objectifs :

  • bâtir un réseau structuré favorisant un développement plus équilibré du territoire ainsi que l’émergence de pôles d’activités économiques ;
  • désenclaver les zones à fortes potentialités économiques (agricoles, pastorales, halieutiques, minières et touristiques) en facilitant l’accès des populations aux services sociaux de base, à travers un réseau de routes, de pistes rurales et d’ouvrages de franchissement ;
  • renforcer l’attractivité et la compétitivité de l’économie en réalisant des infrastructures structurantes qu’appellent les corridors d’intégration ;
  • développer un réseau autoroutier, bien articulé, permettant la liaison par voies rapides des principaux pôles générateurs de croissance.

C’est dans ce cadre que s’inscrit la réalisation des chantiers d’axes comme :

  • la VDN3 entre Golf Club et Tivaouane Peulh,
  • l’échangeur Aliou Sow,
  • l’autoroute Diamniadio-AIBD-Sindia,
  • les axes Fatick-Kaolack, Dinguiraye-Nioro-Keur Ayib, Touba-Dahra-Linguère, Keur Waly-Passy-Sokone, Joal-Samba DIA-Djiffer ainsi que le Pont de Kédougou.

A côté de ces projets routiers achevés, d’autres ont en cours de réalisation :

  • la VDN 2ème section entre le pont CICES et le Golf club dont la réception est prévue avant la fin du premier semestre 2018,
  • la route des Niayes,
  • les axes Dialocoto-Mako, Ile à Morphil, Ndioum-Ourossogui-Bakel Kedougou-Salemata,
  • la Boucle du Boudier,
  • le Pont de Foundiougne,
  • la route Léona-Lompoul-Potou-Gandiole.

Entre 2012 et 2017, plus de 1.362 km de routes, 52 km d’autoroutes et 13 nouveaux ponts et plus de 2500 km de pistes rurales pour près de 1300 milliards de FCFA.

Cette dynamique de densification du réseau routier national sera poursuivie avec la réalisation d’autres projets de grande envergure :

  • la réhabilitation des routes Kaffrine-Mbacké, Fatick-Foundiougne-Passy, du Pont de Marsassoum,
  • la reconstruction du pont Moustapha Malick GAYE à Saint Louis,
  • la réalisation des ponts de Halwar 2, Nianga Edy et Guédé, situés dans une zone à fort potentiel agricole.

Au total, en fin 2019, c’est un linéaire de 2900 km de routes revêtues qui sera construit et réhabilité.

Avec la réalisation des tronçons autoroutiers, Diamniadio – AIBD (17 km), AIBD – Sindia (20 km), AIBD – Thiès (16 km), Thiès – Touba (113 km) et Thiès – Tivaouane (21 km), le Gouvernement aura construit 187 kilomètres d’autoroute, entre 2012 et 2019, contre 32 kilomètres réalisés de 1960 à 2012, pour 1166 milliards de FCFA.

  • L’autoroute Ila Touba sera mise en service en fin 2018, soit un an avant la fin des délais contractuels. Il en sera de même pour l’autoroute AIBD – MBour – Thiès dont la section AIBD – Thiès sera ouverte à la circulation en fin d’année 2017, début 2018.
  • Avec le prochain Programme d’actions prioritaires du Plan Sénégal Émergent, le développement du réseau autoroutier se poursuivra avec les nouveaux axes Mbour – Kaolack et la Côtière entre Dakar et Saint-Louis en passant par Kayar, Mboro et Lompoul. Ces axes seront développés dans le cadre de partenariats public-privé et de concessions de service public qui ne nécessitent pas une mobilisation importante de ressources budgétaires pour l’Etat.
  • La réalisation de l’autoroute de la Côtière nous offrira de nouvelles opportunités pour le – -développement d’activités touristiques, de production de biens et de services divers, et d’émergence d’un nouveau pôle de croissance sur cette frange de la côte ouest du pays.

La création en 2018 d’une société de gestion autoroutière permettra de développer le réseau et d’assurer son exploitation et son entretien, à travers des processus de contractualisation gagnant-gagnant entre l’Etat et les opérateurs privés. Il s’agit là, pour le Gouvernement d’une instruction du Président de la République.