All for Joomla All for Webmasters

HYDROCARBURES

DES RESERVES DE CLASSE MONDIALE

En matière d’hydrocarbures, le Sénégal dispose aujourd’hui de réserves de rang mondial avec les gisements de gaz découverts dans la zone frontalière avec la Mauritanie et à l’intérieur du pays avec les blocs de Cayar Offshore Profond, Teranga, Yaakar, et Requin Tigre. Il en est de même pour le pétrole avec le bloc de Sangomar offshore profond.

L’exploitation de ces ressources interviendra en 2021 et permettra à notre pays de se positionner en hub pétrolier et comme exportateur de brut et de produits finis avec l’extension des capacités de raffinage existantes et l’installation de nouvelles unités.

D’ores et déjà, des mesures sont engagées par assurer la conversion au gaz de toutes les centrales de SENELEC, y compris les centrales privées fonctionnant au charbon.

  • La disponibilité d’une énergie à faible coût offre une grande opportunité d’accélérer la transformation structurelle de l’économie, de réaliser une percée décisive vers l’industrialisation, par l’attraction de grandes multinationales orientées vers la production de biens et services pour l’exportation.
  • C’est aussi une opportunité pour le Sénégal de réaliser l’électrification universelle prévue en 2025, avec un coût de l’énergie le plus bas possible pour tous les ménages aussi bien dans les centres urbains qu’en milieu rural. Dans cette perspective, sera élaboré un Code de l’électricité qui consacrera l’élargissement du cadre de régulation à l’aval du sous-secteur des hydrocarbures.

Au-delà des possibilités de reprofilage de l’économie et d’attraction de l’investissement direct étranger, les découvertes de gisements d’hydrocarbures sont porteuses d’enjeux qui cristallisent toutes les attentions. Elles posent la problématique de la mise en place de cadres de gouvernance appropriés pour concilier le souci de la rentabilité économique avec les impératifs de développement durable, tout en préservant les intérêts stratégiques de l’Etat et des populations, seules propriétaires de ces ressources minière et pétrolière, comme l’affirme la réforme constitutionnelle du 20 mars 2016.

C’est ce qui a motivé le Gouvernement, au-delà de la réforme du code minier, à créer l’Institut des métiers du pétrole et du gaz et à engager une réflexion inclusive pour bâtir un écosystème autour de ces ressources. Mais aussi et surtout le COS-PETROGAZ, plate-forme de gouvernance démocratique et inclusive pour une gestion rigoureuse, inclusive et durable des ressources pétrolières et gazières, mais également pour leur juste et équitable répartition entre les générations actuelles et les générations futures, en toute transparence et responsabilité.

Au-delà de l’adhésion à l’Initiative pour la Transparence dans les industries Extractives, et la publication et le partage de manière régulière des rapports annuels sur les ressources générées par les activités minières, le Gouvernement veillera à travers la prochaine loi sur le partage des ressources pétrolières et gazières à la conclusion de contrats miniers et pétroliers encore plus équitables en termes d’exigence fiscale et de justice sociale.