All for Joomla All for Webmasters

L’AGRICULTURE

LEVIER ESSENTIEL DE CROISSANCE

L’agriculture, un des leviers essentiels de notre économie, se situe sur une trajectoire ascendante et enregistre des performances inédites durant ces trois dernières années.

  • La production d’arachide, qui est passée de 527 mille tonnes en 2011 à 1 million de tonnes dès 2015 et attendue à plus de 1,411 million de tonnes en 2017, connaît une hausse de 73% par rapport à la moyenne des cinq dernières années, un record depuis 40 ans.
  • Le capital semencier d’arachide est passé de 6.000 tonnes en 2011 à 55.000 tonnes en 2016
  • Cette situation est d’autant plus encourageante que le redressement de la filière arachidière s’accompagne de prix rémunérateurs pour les producteurs, d’opportunités renforcées vers l’exportation et de valorisation sur place, à la faveur du renforcement des capacités des unités industrielles d’huilerie installées, qui ont atteint 450.000 tonnes.
  • La production de riz a atteint 1,015 million de tonnes en 2017 contre 405 mille tonnes en 2011, soit plus du doublement de la production en 5 ans. Ce qui nous rapproche à 68% de notre objectif de production d’un million et demi de tonnes.
  • L’autosuffisance en oignons est dépassée depuis 2015, avec une production de 400.000 tonnes, alors que nos exportations de produits horticoles sont multipliées presque par deux, avec plus de cent mille tonnes en 2016 contre cinquante et un mille tonnes en 2011.

La valeur ajoutée du sous-secteur agricole est passé de 344 milliards de FCFA en 2012 à 469 milliards en 2016. Mieux, depuis 2012, c’est plus de 302,5 milliards de FCFA qui ont été investis dans le sous-secteur pour assurer la disponibilité des semences, des fertilisants et pour soutenir les prix aux producteurs.

  • Plus de 78,3 milliards de FCFA ont été consentis pour l’acquisition d’équipements et de matériels agricoles, notamment de 1 370 tracteurs équipés de matériel de travail du sol, de semis, de récolte et de transformation, ainsi que 17 500 unités de petit matériel, renouvelées chaque année depuis 2012 et cédées aux producteurs à des prix subventionnés à plus de 60%
  • Plus de 142 milliards de FCFA ont été investis pour la réalisation d’aménagements hydro-agricoles. En termes de perspective, au moins 35 500 ha de terres seront aménagés durant les quatre prochaines années.
  • 221 fermes « Natangué » et 6 aires agricoles émergentes ont été réalisées, avec un cumul de 16.240 emplois permanents et saisonniers créés pour les femmes et les jeunes.
  • Plus de 16,063 milliards de FCFA à travers les interventions de l’ANIDA, du Projet Pôle de Développement de la Casamance, du Projet d’Appui à l’Emploi des Jeunes et des Femmes, qui projette la réalisation de 62 fermes
  • 12 Domaines Agricoles Communautaires ont été créés, avec 449 Groupements d’Entrepreneurs Agricoles (GEA) actifs, et 11.090 emplois directs dans toute la chaîne de production.
  • Plus de 17.000 emplois sont prévus sur la période 2018-2019, avec le renforcement des infrastructures de production dans les DAC existants, la création de nouvelles Unités autonomes d’Exploitation (UAE), de centres de formation et l’extension des activités dans d’autres régions. Un financement de 12 milliards sera mobilisé à cet effet en 2018 et une enveloppe de 56,45 milliards de FCFA sera consentie pour les trois prochaines années.
  • quatre nouveaux domaines agricoles communautaires seront réalisés dans les régions de Fatick (Niombato), Kaffrine (Boulel), Kolda à Fafacourou et à Dodji dans la région de Louga, à travers un financement de 47 milliards de FCFA, avec la Banque islamique de développement. Ce projet permettra de créer de 30 000 emplois, avec la mise en place 348 groupements d’entrepreneurs agricoles (Gea). Il est attendu aussi la formation de 30.000 entrepreneurs dans le domaine de la production et de l’entrepreneuriat.